Une maison de santé n’est pas “hors sol”, elle est acteur du système de santé et s’intègre dans celui-ci. Il fait face aujourd’hui à de nombreuses transitions :

Démographique : de la population (vieillissement, isolement de certains patients), mais aussi des professionnels de santé (seuil critique du nombre de médecins de masseurs kinésithérapeutes et d’autres professions de santé dans la plupart des territoires)

Epidémiologique : accroissement du nombre de pathologies chroniques, des polypathologies,

Technologique (nouveaux outils numériques en développement et en croissance)

Sociologique : nouveaux modes d’exercice plébiscités par les jeunes générations, connaissance accrue des patients et implication dans leur propre santé, etc.

 

Pour s’adapter, le système évolue et se réorganise accompagné par un dispositif juridique, réglementaire favorisant la prise en charge en parcours, le décloisonnement, de nouvelles pratiques.

La Maison de Santé Pluriprofessionnelle est une réponse à ces transitions, mais ce n’est pas la seule et elle s’articule avec d’autres dispositifs, utilise de nouveaux outils, de nouvelles ressources.

 

-> Pour s’y retrouver : quelques repères documentaires sur cette page.

Dispositifs de coordination pluriprofessionnelle :

Les maisons de santé pluriprofessionnelles (MSP) sont une modalité d’exercice coordonné des professionnels de santé du 1er recours.

Aujourd’hui, avec l’évolution de la prise en charge des patients en “parcours”, d’autres dispositifs que les MSP existent. La loi de Modernisation du système de santé du 26 janvier 2016 a apporté un cadre juridique pour chacun.

Complémentaires, degré de coordination différent, appui à cette coordination, quelle articulation existe ?

Quel dispositif pour quelle coordination ?