L’article L. 4301-1 du code de la santé publique introduit par la Loi de Modernisation du Système de Santé ouvre la possibilité d’exercer en pratique avancée pour les auxiliaires médicaux au sein

  • D’une équipe de soins primaires coordonnée par le médecin traitant
  • D’une équipe de soins en établissements de santé ou en établissements médico-sociaux coordonnée par un médecin
  • En assistance d’un médecin spécialiste, hors soins primaires, en pratique ambulatoire.

Le décret d’application du 18 juillet 2018 vient définir les modalités de cet exercice, codifiées aux articles R 4301-1 et suivants du code de la santé publique.

Un Infirmier de Pratique Avancé apporte ainsi son expertise et participe à la prise en charge du patient, à l’organisation des parcours de soin et à l’analyse et l’amélioration des pratiques.

Plus spécifiquement, il intervient auprès de patients :

  • atteints de pathologies chroniques stabilisées (dont la liste est établie par arrêté ministériel). Aujourd’hui,  l’arrêté du 19 juillet 2018  a fixé les pathologies suivantes :
    • accident vasculaire cérébral,
    • artériopathies chroniques,
    • cardiopathie, maladie coronaire,
    • diabète de type 1 et diabète de type 2,
    • insuffisance respiratoire chronique,
    • maladie d’Alzheimer et autres démences,
    • maladie de Parkinson,
    • épilepsie.
  • Suivis en oncologie et hémato-oncologie,
  • atteints de Maladies rénales chroniques, en dialyse et suivi pour une transplantation rénale

A travers des examens et actes de surveillance cliniques, de prévention ou de dépistage,

il adapte le suivi de ces patients dans le cadre de leur parcours de soin. Il peut être amené à effectuer des actes techniques, prescrire des médicaments et dispositifs médicaux non soumis à prescription médicale obligatoire ou encore certains examens de biologie médicale.  Il peut si besoin renouveler et adapter la prescription.

Ces domaines d’intervention les modalités précises de la prise en charge, de transmission et de concertation, les conditions dans lesquelles le patient est retourné vers le médecin traitant sont définis dans 1 protocole d’organisation défini en amont. Le patient est informé des modalités de cette prise en charge.

Ce décret introduit également l’article D. 4301-8 dans le code de la santé publique qui définit les conditions d’exercice en tant qu’infirmier de pratique avancé :

  • détenir le D.E d’infirmier en pratique avancé
  • 3 ans minimum d’exercice en Equivalent Temps Plein de la profession d’infirmier.

Le dossier en ligne du ministère de la sant et des solidarités.